Soutenance thèse Bruno Almeida – le vendredi 13 septembre 2019 – Polytech – Bat 2 – salle 2A212

cette thèse de doctorat vise à établir les fondements théoriques et méthodologiques pour la création d’un outil ontoterminologique en vue de l’harmonisation terminologique et de la diffusion des connaissances dans les études de poterie de l’al-Andalus. L’approche suivie dans cette thèse présuppose que la terminologie est un domaine interdisciplinaire articulant une dimension conceptuelle (basée sur la connaissance) et une dimension linguistique (basée sur des termes). Dans cette thèse, les deux dimensions sont liées à travers un corpus detextes spécialisés dont le but est double : (i) soutenir la modélisation du domaine et (ii) permettre l’extraction de termes en portugais et en espagnol. Au regard de notre objectif, l’ontologie est mise au premier plan de notre travail terminologique, en mettant l’accent sur les contributions de la philosophie et de la représentation des connaissances. Ainsi, l’ontologie OntoAndalus de la poterie de l’al-Andalus peut être le support conceptuel d’un
futur outil terminologique. Le développement de l’ontologie OntoAndalus a suivi une approche descendante en réutilisant une variante de DOLCE (à savoir, DOLCE + DnS Ultralite), une ontologie fondationnelle avec un cadre théorique solide. Adhérer à cette ontologie a permis de clarifier plusieurs hypothèses sur le domaine – etsur l’archéologie en général –, en commençant par les notions d’artefact et de classification archéologique. La
modélisation des différents types d’artefacts est illustrée par des artefacts d’éclairage de l’al-Andalus, tandis que  la modélisation d’événements et techniques de fabrication est illustrée avec le “cycle de vie” des poteries. La description d’objets particuliers, qui revêt une grande importance dans les études sur l’archéologie et la culture matérielle, est faite à l’aide de l’exemple du Vaso de Tavira. Concernant la dimension linguistique, nous nous sommes intéressés aux termes portugais et espagnol désignant les différents types d’artefact de l’al-Andalus, en commençant par les propositions terminologiques avancées par les spécialistes du domaine. Ainsi, le cas des
artefacts d’éclairage a été revisité à travers l’extraction et l’analyse de leurs dénominations en portugais et en espagnol. Ces dernières sont organisées à travers des réseaux lexicaux et mises en relation avec l’ontologie du domaine. Enfin, la représentation des informations grammaticales et sémantiques associées aux termes, ainsi que leurs références aux éléments de l’ontologie OntoAndalus, s’appuie sur l’utilisation du Modèle Lexical pour les Ontologies (Lemon).